Project Overview

Open Museum raconté à Lamartine

OPEN MUSEUM# AIR

Lamartine disait « je suis las des musées, cimetière des arts ». WHAAAT ? Cimetière ?! Alphonse, tout de même ! Tu sous-estimes le musée, cette grosse bête parfois un peu ankylosée c’est vrai mais qui ne cesse de réveiller notre curiosité.

Le musée peut se réinventer, se redessiner, se redécouvrir. Et c’est un peu ça finalement, l’Open Museum : ce projet un peu fou qui veut nous forcer à porter un autre regard sur l’art.

Un autre regard Alphonse, pour que ceux qui, comme toi, sont déçus, pessimistes, fatigués de se balader dans des couloirs qui donnent un teint blafard. Avec Air in the place, souffle un petit vent frais pour rappeler que non, l’art ne s’endort pas.  « Le bruit a un avantage, on ne peut pas y entendre les mots » écrivait Milan Kundera dans L’insoutenable légèreté de l’être. Figurez-vous que cet autre regard se veut silencieux des longs discours pour que résonne l’œuvre non plus à travers les mots, mais à travers les notes. Laissez à votre imagination l’espace nécessaire pour qu’elle se rappelle que ce tableau, c’est à ce morceau qu’il lui fait penser, à ce moment précis de sa vie, à ce livre lu, à ce film vu ou encore à ce repas goûtu. Et oui Alphonse, l’Open Museum c’est un peu notre Mnémosyne à nous.

Une pensée libérée ne saurait se satisfaire des chaines de l’élitisme, et c’est bien parce que l’art devient vivant, animé par les gammes, qu’il a besoin de trouver son écho dans tous les esprits. L’Open Museum ce n’est pas seulement tisser des liens entre les arts, c’est aussi essayer d’attiser la curiosité de ceux que l’art classique a oublié : non Alphonse, le musée n’est définitivement pas un cimetière, parce que dans un cimetière le silence est roi et que dans un musée le bruit de la pensée éclate.

Charlotte